Andy Serkis est très certainement la star la plus anonyme du cinéma. Second rôle à visage découvert, il est pourtant personnage central dans les blockbusters, où son visage et son corps sont modifiés. Car si Andy Serkis fait parti des acteurs les plus demandés d’Hollywood, c’est qu’il est maître et pionnier dans les techniques de motion et performance capture.

andyserkissupremeleadersnok
Andy Serkis sur le tournage de Star Wars VII : Le Réveil de la Force

La motion capture est une technique permettant d’enregistrer les positions et rotations d’objets ou de membres d’êtres vivants, pour en contrôler une contrepartie virtuelle sur ordinateur. Son ancêtre est la rotoscopie, notamment utilisée dans le dessin animé Disney Blanche Neige et les Sept Nains, où les acteurs ont été filmés pour ensuite reproduire les mouvements en dessinant par-dessus. Cette technique donne un effet quelque peu rigide aux personnages. S’en est suivi à partir des années 2000 et après le triomphe du Seigneur des Anneaux et de son personnage Gollum en motion capture une avancée technique appelée la performance capture, qui saisit de manière synchronisée les mouvements du corps, les expressions du visage et les mouvements des doigts.

andy-serkis-bande-annonce
Développement numérique dans La Planètes des Singes: L’Affrontement

Andy Serkis n’a pas que démocratisé la motion capture, il a aussi participé à l’élaboration de nouvelles techniques et est devenu conseillé sur les grosses productions utilisant ce nouveau matériau. Avec le tout numérique, il est devenu le fer de lance d’une normalisation de la performance capture. Il participe également à la professionnalisation de ces techniciens, réalisateurs et comédiens, en créant un centre de formation, L’Imaginarium.

Andy Serkis redéfinie la condition d’acteur, car il libère les carcans du physique. L’acteur peut alors interpréter n’importe qui, avec pour seule limite son talent. Un comédien peut alors se libérer et ainsi pouvoir composer un plus large panel de rôles. Cette technique permet un renouvellement du cinéma et apporte un réel changement émotionnel quant aux expressions des personnages.

andyserkis3
Andy Serkis sur le tournage du Seigneur des Anneaux : Les Deux tours

Pour incarner Gollum dans Le Seigneur des Anneaux et Le Hobbit, Andy Serkis a pu composer son personnage totalement, par la voix, la posture et les expressions. Les seuls artifices sont alors ceux des techniciens. Il est d’ailleurs intéressant de constater à quel point Andy Serkis a travaillé sa voix d’après celle de Tolkien. En effet, durant la lecture de The Hobbit pour la BBC, Tolkien adopte la voix qu’il a imaginé pour son personnage de Gollum dont s’est clairement inspiré Andy Serkis.

Sur le tournage du Hobbit, l’acteur est devenu réalisateur de la seconde équipe, ce qui fût une première expérience avant la réalisation de futures projets, sur lesquels je reviendrai plus bas.

andyserkishaddock
Tintin et Capitaine Haddock, interprétés par Jamie Bell et Andy Serkis

Outre le personnage de Gollum, Andy Serkis a incarné à l’écran en performance capture King Kong, Capitaine Haddock (Tintin et le Secret de la Licorne), le singe César (La Planète des Singes Le Commencement et sa suite L’Affrontement) et le Suprême Leader Snoke (Star Wars VII Le Réveil de la Force). Je vais particulièrement m’arrêter sur ses prestations en tant que singe, car il a réussi à créer des émotions avec un animal qui se retrouve personnage central sans être grotesque. Le réel choc a été pour le film La Planète des Singes : L’Affrontement, où César, un singe, est présent majoritairement à l’écran parmi les siens, les Hommes étant alors relégués au second plan. Jusqu’alors, seul un film d’animation pouvait se permettre ce tour de force sans ridicule. La véritable puissance de ce film est que la narration tienne par des animaux dans un rendu visuel éblouissant. Le film convainc avec réalisme, utilisant pourtant une grande majorité du film un langage primate. On a retrouvé dernièrement une même maîtrise visuelle avec Le Livre de la Jungle de Jon Favreau, mais sans langage animalier. Par la qualité des choix de ses rôles et son interprétation, Andy Serkis a permis de crédibiliser la performance capture.

andy-serkis
Malcolm et César dans La Planète des Singes: L’Affrontement, interprétés par Jason Clarke et Andy Serkis

Comme souligné plus haut, Andy Serkis a des projets de réalisations utilisant la performance capture, notamment sa propre version du Livre de la Jungle, repoussée à cause de la sortie du film des studios Disney, ainsi qu’une adaptation du roman La Ferme des Animaux de George Orwell. Ses futurs projets résonnent comme une continuelle volonté d’améliorer et approfondir les techniques actuelles de performance capture. Je ne vois pas ici une volonté commerciale, je vois plutôt dans sa filmographie un cheminement, voir jusqu’où peut être développée sa propre technique. La Ferme des Animaux promet de nous faire découvrir des nouvelles pratiques de motion et sa relecture du Livre de la Jungle, semble-t-il plus sombre, est pleine de promesse.

 

Publicités