J’ai vu hier le magnifique Juste la fin du monde de Xavier Dolan, qui certes ne m’a pas procuré la même claque que Mommy, mais qui quand même, méritait sa palme. Ce qui m’a frappé c’est l’ingéniosité des plans rapprochés, qui ne laissent aucune porte de sortie aux acteurs, les personnages sont bloqués avec nous dans cette maison vieillotte et bourgeoise. Les flashbacks aussi, balancés comme des clips eighties qui apportent une bouffée d’air frais dans toute cette tension familiale. Et puis Marion Cotillard, sûrement dans son meilleur rôle à ce jour. Ou peut-être que si elle est si marquante, percutante de vérité, c’est qu’elle offre une nouvelle palette à son jeu, qu’elle n’avait pas proposé jusqu’alors, surprenante au début tant on ne la voyait pas jouer ainsi la femme effacée d’apparence niaise mais en réalité observatrice et clairvoyante. Elle était la vraie surprise du film, non pas que je trouve qu’elle soit une mauvaise actrice, bien au contraire, mais elle apporte une fraicheur considérable, elle est le personnage extérieur qui est en réalité un pilier, certes effacé par l’exubérance de sa belle famille. Et c’est peut-être ça son tour de force, elle qui joue de plus en plus les femmes d’actions, souvent fortes et meneuses, parfois calculatrices.

nine-the-movie-marion-cotillard-nine-2009-13723266-1920-800
Nine, réalisé par Rob Marshall, 2009

En regardant sa filmographie, on se rend compte de la grande variété des genres, de l’humour avec Dikkenek, de l’amour avec Jeux d’enfants, du drame historique avec Macbeth, contemporain avec De rouille et d’os. Elle chante et danse aussi dans Nine, film certes ambitieux mais raté, où son personnage de femme trompée est surement une des rares réussites de ce film cliché et laid. Elle a su crée une diversité dans ses choix filmiques, en France comme en Belgique ou aux États-Unis où elle a réussi à s’implanter durablement. Marion Cotillard a joué pour les plus grands, Arnaud Desplechin, Alexandre Aja (personne ne critique sa présence dans cette liste), Tim Burton, Jean-Pierre Jeunet, Abel Ferrara, Guillaume Canet, Woody Allen (trop dur pour moi de le mettre dans cette liste), James Gray, Les Dardennes, Steven Soderbergh, Jacques Audiard, Xavier Dolan, Christopher Nolan

marion-cotillard-dans-big-fish-de-tim-burton-10329188qnokv
Big Fish, Tim Burton, 2003

Parlons de Christopher Nolan et de son Dark Knight Rises d’ailleurs. Avec tout le respect que je lui dois et l’admiration sans borne que je lui voue, le lynchage que Marion Cotillard a subi pour la mort de Miranda Tate n’était pas la faute de l’actrice. Un réalisateur doit diriger un acteur et tourner une scène jusqu’à ce que la prise soit bonne. C’est son travail. Un monteur doit voir les anomalies et prendre la scène la mieux réussie pour la mettre au montage. Les producteurs valident ensuite le montage final du film. Un grand nombre de personnes sont fautifs d’avoir garder cette séquence ratée de mort, pas Marion Cotillard. C’est avec cet évènement qui a pris pas mal d’ampleur sur le web et été sujet à de nombreux mèmes que je me suis rendue compte du lynchage violent que peuvent subir certaines actrices, surtout françaises. Je pense récemment à Léa Seydoux avec « l’école de la vie ».

marion-cotillard-as-miranda-tate-in-the-dark
The Dark Knight Rises, Christopher Nolan, 2012

Au Cinéma comme ailleurs, l’égalité des sexes est loin d’être de mise. Une femme telle que Marion Cotillard qui a une carrière exemplaire et un rayonnement international n’a aucun droit à l’erreur. Dans ce monde pailleté, Woody Allen qui se marie avec la fille de son ex femme, ça ne pose aucun soucis. Roman Polanski qui viole une adolescente est soutenu par de nombreuses personnes de la profession. Je m’écarte peut-être du sujet mais je voulais mettre en avant le fait qu’il est compliqué, encore aujourd’hui, d’être une femme qui réussi, quelque soit sa profession, et que la moindre erreur fait d’elle un sujet de moqueries.

Parmi les futurs projets les plus passionnants de Marion Cotillard, je citerai Rock n’ Roll de Guillaume Canet, un film aux apparences loufoques qui sortira en février 2017. Il y a aussi le très attendu Assassin’s Creed, adapté du jeu d’Ubisoft (cocorico) où elle retrouvera Michael Fassbender. On la retrouvera également dans le prochain film de Nicole Garcia ainsi qu’avec Robert Zemeckis.

Publicités